Attirant près de 140 000 visiteurs lors de sa dernière édition, la biennale de Lyon a confirmé qu’elle est devenue l’une des manifestations majeures de l’art contemporain, tant par le choix de ses thèmes que par la qualité de présentation des œuvres. Aux côtés de la Biennale de Venise et de la Documenta de Kassel, le rendez-vous de Lyon fait figure de “benjamin”, puisqu’il n’en est qu’à sa quatrième édition, mais d’un “benjamin” prometteur.
Aujourd’hui, la biennale de Lyon aborde le thème de “L’Autre”.
Véritable carte blanche à Harald Szeemann, commissaire général, cette quatrième biennale de Lyon regroupe des artistes, français ou étrangers de toutes origines, et des œuvres réalisées à des moments historiques très différents. La mixité des langues, le mélange des expériences, de soi et de l’autre, de “l’autre au monde”, tout vise à faire découvrir ou redécouvrir des horizons qui ne peuvent qu’approfondir nos propres savoirs.
Cette exposition qui fait de Lyon, une fois de plus, une capitale européenne de la création contemporaine, trouvera, je l’espère, son public, aussi bien que par le passé. L’exigence d’ouverture, qu’elle nous rappelle à tous, participe de la nécessité chaque jour plus impérieuse de se confronter à ce qui n’est pas nous-mêmes. Elle nous remet à la fois en mémoire et en perspective, l’idée, juste et simple, que tout art, parce qu’il est créateur, porte en lui-même sa part de vérité.

Le Ministre de la Culture